Travail social

 

Téléchargez le PDF de notre formation Travail Social.

 

Travail social et éducation spécialisée :

 

La relation éducative sous le prisme du renforcement positif et de la présomption de compétence

Cette formation est proposée par l’Association CAP Education et son partenaire YMCA du Québec.

Elle est ainsi le fruit d’une relation partenariale et humaine forte entre l’association de CAP Education et les responsables québécois du Programme YMCA Alternative Suspension.

 

Objet de la Formation

La relation éducative se caractérise par une rencontre et un échange entre un usager et un éducateur.

Elle ne peut fonctionner que sur un mode d’échange bilatéral, si l’on veut qu’elle soit opérante pour le sujet, celui-ci ayant légitimement besoin d’un retour, d’une marque de confiance pour aller plus loin dans la relation.

Cela signifie que l’éducateur doit s’engager dans la relation éducative pour susciter la confiance de l’usager en lui montrant qu’il peut accueillir sa parole et qu’il ne la trahira pas. À terme, il entretiendra plus sûrement cette confiance s’il est disposé à montrer un minimum de lui-même, à parler de ses goûts, de ses opinions, de ses choix de vie – pour autant que le fait d’en parler ait une valeur et un sens éducatif et qu’il le fasse avec cette intention. À ce propos, J. Rouzel nous dit : « Dans la relation, l’éducateur n’est pas neutre. Il met en jeu sa personne, sa personnalité, ses sentiments, ses goûts, ses opinions, ses passions, ses représentations de lui-même, des autres, du monde, mais il le fait au service d’une cause qui lui est extérieure et il professionnalise ses actes. »[1]

Cette relation sera d’autant plus solide, si l’éducateur s’appuie sur les potentialités de l’usager. Son intervention doit donc être basée sur la « présomption de compétence »[2] c’est-à-dire, présupposer que l’usager est apte à apprendre, qu’il possède des compétences, même si celles-ci ne sont pas les premiers éléments que l’on remarque.

Se pourrait-il alors que ce jeune en difficulté, malgré son déficit, ses lacunes, sa problématique parfois lourde, possède des aptitudes et des capacités qu’on ne voit absolument pas lorsqu’il est dans sa zone de trouble ?

C’est dans cette approche que nous proposons ce temps de formation aux équipes éducatives.

Il sera parfois nécessaire de « changer de lunettes » pour s’ouvrir à d’autres approches de la relation éducative, non pour remodeler une pratique professionnelle mais au contraire, pour l’enrichir.

Ainsi, les outils développés par les YMCA du Québec et par l’expertise des consultants français de CAP Education font appel à cette notion d’engagement à l’égard de l’usager. Ils s’appuient également sur la mise à jour et l’acquisition de compétences et d’aptitudes sociales, sur le renforcement positif et la « présomption de compétence ».

Ces approches comportementalistes sont de nature à pouvoir apporter une pratique nouvelle et stimulante aux équipes éducatives.

[1] J. ROUZEL, Le travail d’éducateur spécialisé, op. cit., page 11.
[2] J.CHAPLEAU, L’éducateur spécialisé : un intervenant au cœur du quotidien, Beliveau, Québec 2011.